La Panthère

L254

Nouveau

Français et créole

 

104 pages

format 14,5 x 21 cm

broché

poids : 0,120 kg

Auteure Térèz Léotin

Traduction Térèz Léotin

Illustration Pancho

ISBN 978-2-35844-054-7

Plus de détails

99 Produits

14,90 €

En savoir plus

La Panthère

Roman en français et en créole

Térèz Léotin nous relate dans un style qui lui est bien particulier la vie de La Panthère. Ce récit se situe entre les années 1963 et 2008. Elle en profite pour nous dépeindre, avec une grande lucidité, la Martinique de l’époque, qui va subir les grands bouleversements de la modernité en marche.

L’auteure est née au Saint-Esprit à la Martinique. Elle est directrice honoraire d’école d’Application, chevalier des palmes académiques, citoyenne d’honneur de la ville du Prêcheur.

Militante de la première heure, elle écrit en créole et en français des romans, récits, contes et poésies pour enfants, elle traduit aussi de nombreux classiques littéraires, pour revaloriser la langue créole et pour permettre au plus grand nombre d’accéder à cette littérature.

Article de Mérine CECO paru dans Montray Kréyol du jeudi 12 mai 2016:

LA PANTHÈRE DE TÉRÈZ LÉOTIN : UN RÉCIT FULGURANT.

Dans La Panthère, roman bilingue en français et en créole, Térèz Léotin revisite admirablement l’histoire de Pierre-Justin Dimorni dit « La Panthère », à partir d’une approche où l’absence de complaisance sur les crimes commis n’empêche absolument pas une humanisation profonde du personnage. Elle esquisse ainsi le portrait ambigu et complexe d’un homme, perçu comme un « brave » par une large fraction de la population, le voyant comme une victime tout à la fois des siens et du pouvoir en place, tandis que la justice le tiendra pour l’un des prisonniers les plus dangereux de France et de Navarre, en le maintenant quarante-neuf ans sous les verrous…

Inscrivant les disgrâces de Pierre-Justin Dimorni, dit « Marny », au cœur d’un récit au « je » porté par une voix, autre, qui conte ses propres blessures primordiales dans une Martinique, ravagée par l’injustice et la misère, l’auteure réussit avec brio, en un nombre de pages ramassé, à écrire un scénario intense, où sont explorés avec une lucidité souvent douloureuse, les malheurs et désastres d’une jeunesse sans aucun futur, qu’elle soit ou non diplômée.

Le récit des errances de Dimorni qui finira par commettre l’irréparable par une nuit sanglante croise ainsi le récit d’un « je », qui n’est autre que celui de son lointain cousin, et qui a, lui aussi, au cours d’une nuit non moins délirante, sombré dans une violence inouïe en saccageant une station-service. Cet entrecroisement habile où les voix finissent parfois par donner l’impression de fusionner est une remarquable stratégie auctoriale, pour nous donner à comprendre que l’injustice, la misère et l’humiliation sont trois ingrédients mortels d’un cocktail fait de déchainement aveugle et de souffrance, dont le crime et l’impulsion de destruction sont les symptômes les plus criants.

Ainsi, Dimorni, double victime du pouvoir en place et de la trahison des « siens », devient un assassin cruel et sanguinaire, tandis que le « je » qui aurait pu se transformer en son double gémellaire, selon le jeu de miroirs instauré par le récit, résiste à moitié, se maintenant ainsi à la lisière du crime absolu.

Dans un échange final d’une tonalité fulgurante, Dimorni fait, en prison, la leçon à ce jeune cousin, à ce « je » du récit premier qui lui ressemble trop, pour le mettre en garde contre les dérives liées à l’assouvissement des passions, et notamment de la vengeance, et lui ouvrir les portes d’un avenir meilleur.

Reprenant une citation du récit du « je » qui éclaire, selon nous, l’intention de propos de l’auteure (« Le pouvoir — disait quelque part Jean Dutourd, je crois —, est d’infliger des souffrances et des humiliations »), il nous parait essentiel de souligner la prodigieuse subtilité avec laquelle celle-ci réussit admirablement à éviter tout récit manichéen, toute vision atrophiée de la réalité qui viserait à dépeindre « La Panthère », comme la figure archétypale du Mal.

Bien au contraire, par l’entrecroisement des récits mettant en scène deux figures, condamnées comme par avance par une société martiniquaise enracinée dans l’injustice et l’aveuglement, l’auteure parvient, en donnant la parole successivement à chacune d’entre elles, à bousculer les certitudes de jugements péremptoires et sans appel sur « La Panthère Noire » et tous les autres possibles renégats de notre société dévorée de paradoxes.

Bourreau ou victime ? Figure de l’honneur ou du Mal absolu ? Jusqu’à quel point la rédemption est-elle permise ou impossible ?

Térèz Léotin laisse son lecteur libre de choisir ou de ne pas choisir. Le récit en créole en vis-à-vis est encore plus poignant, qui nous installe encore un plus au cœur de la dualité vers laquelle pourrait tendre le récit, tentation à laquelle il ne cède toutefois jamais. Dualité ou entrelacement des langues, des destins, des figures, un récit bouleversant et poignant qui nous plonge dans les tréfonds de notre perception du Bien et du Mal, en toute intimité avec notre libre arbitre, nos préjugés et notre facilité à condamner et à exclure

À lire absolument. Un régal d’introspection.

Mérine CECO (Montray Kréyol du jeudi 12 mai 2016)

Source:http://www.montraykreyol.org/article/la-panthere-de-terez-leotin-un-recit-fulgurant

Avis

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

La Panthère

La Panthère

Français et créole

 

104 pages

format 14,5 x 21 cm

broché

poids : 0,120 kg

Auteure Térèz Léotin

Traduction Térèz Léotin

Illustration Pancho

ISBN 978-2-35844-054-7

Donnez votre avis

Téléchargement

Extrait du livre La Panthère

Extrait du livre La Panthère au format pdf

Téléchargement (568.87k)